Section Simiane-Mimet

Section Simiane-Mimet

Edito

Droite, gauche, la distinction est-elle toujours pertinente ?

« Je suis ni de droite ni de gauche », « je me situe au-delà de ce clivage dépassé », « la nouvelle séparation est entre souverainisme et européisme », « entre le peuple et les oligarchies au pouvoir » Toutes ces phrase sont prononcées aussi bien par des responsables politiques que par un grand nombre de nos concitoyens.

L’ouverture au commerce international, la mondialisation ont certes apporté des progrès notamment aux pays en développement. Cependant les effets pervers sont de plus en plus visibles : dégâts à l’environnement, prévalence de la finance et du profit immédiat avec son cortège de crises, désorganisation de sociétés et migrations de masse. L’Union Européenne en subit le contrecoup et le souverainisme apparaît comme le remède miracle, idéalisant un passé pas si rose que cela qui ne reviendra pas.

Dans ce contexte les partis politiques traditionnels sont sur la sellette, « partis vieillissants peu ouverts au débat, verrouillé par les élus.
Pour autant la vie démocratique ne peut fonctionner sans la diversité des partis. En Marche en est un de fait, Nuit Debout, s’il veut agir, devra se structurer …
Le clivage droite gauche reste une réalité, l’impôt sur les succession qui répartit la richesse si concentrée aujourd’hui est bien un concept de gauche, le refus du mariage homosexuel, une position d’une grande partie de la droite.
Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas dégager résolument sur les sujets majeurs des accords consensuels comme ce fut le cas pour la dernière loi sur l’état d’urgence, hier l’écotaxe…. cela aurait pu être le cas pour la loi sur la modernisation économique, la réforme territoriale …

Les français en ont effectivement marre des oppositions de principe droite gauche lorsqu’elles reposent sur des postures. Heureusement les comportements politiciens sont de plus en plus hors jeu.

Le débat, l’information sur la vie politique, sociale et économique, la transparence et la justice, les valeurs de notre république sont les bases d’une démocratie vivante. Reste que pour mettre en œuvre ces belles intentions il y a du boulot et il ne concerne pas que les militants politiques !

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :