Section Simiane-Mimet
Section Simiane-Mimet

Macron et la laïcité : ce qu’il faut lire entre les lignes

0 commentaire Le par

Sur le site de L’Obs
On l’a oublié aujourd’hui, mais François Mitterrand s’était fait élire en 1981 avec une affiche de campagne où apparaissait derrière lui le clocher d’une église sur fond champêtre. Manière alors pour le candidat socialiste de rassurer ce qu’il est convenu d’appeler la France profonde, à l’époque majoritairement catholique, face à l’arrivée de ses alliés communistes au gouvernement.

Les temps ont changé. Mais dans l’esprit d’Emmanuel Macron, il s’agit, pour d’autres raisons, de rassurer une communauté chrétienne, notamment catholique, qui se sent désormais minoritaire dans la société. Au risque, comme on le dénonce à gauche, de rompre avec la tradition laïque de la République ? De se comporter, comme le dit Jean-Luc Mélenchon, comme un « sous-curé » ? De commettre, comme l’en accuse Benoît Hamon, « une atteinte sans précédent à la laïcité » ?

Macron et la laïcité : ce qu’il faut lire entre les lignes

Ci-après Le communiqué du COLLECTIF LAÏQUE NATIONAL du mercredi 11 avril 2018
« Le Président doit cesser de bafouer la loi de 1905 »
La séparation des Églises et de l’État est la condition absolue de la liberté de conscience, clé de voûte et principe constitutionnel de la République française.
Par ses deux premiers articles, la loi du 9 décembre 1905 fonde, structure et détermine l’organisation laïque de la République.
Elle dispose dans son Article II : « La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte. »
En quelques semaines, le Président de la République a participé à de multiples manifestations organisées par les cultes. En dernier lieu, à la Conférence nationale des Évêques de France, le 9 avril 2018 il a déclaré vouloir « réparer » le lien entre l’Église et l’État qui serait « abîmé».
En agissant de la sorte, le Président bafoue la loi de la République dont il est le garant.
Ses prises de position font peser une menace sur les libertés assurées par la loi de Séparation et par exemple, l’objectivité du travail de réflexion, qui doit suivre la concertation sur les lois de bioéthique, n’est plus assurée.
Le Collectif Laïque National mesure la portée de cette grave entorse au principe républicain de laïcité, et demande solennellement et avec la plus ferme insistance au Président de la République de renoncer sans ambiguïté à ce retour inacceptable du cléricalisme dans la République.

Pour le Collectif Laïque National
Grand Orient de France, Grande Loge Mixte Universelle, Grande Loge Mixte de France, Grande Loge des Cultures et de la Spiritualité, Fédération française du Droit Humain, Comité Laïcité République, Union des Familles Laïques (U.F.A.L), Laïcité Liberté, Fédération Nationale des Délégués Départementaux de l’Education Nationale (D.D.E.N), AWSA – France, Libres MarianneS, EGALE, A.E.P.L Ile-de-France, C.A.E.D.E.L. – Mouvement Europe et Laïcité, Regards de Femmes, la Ligue du Droit International des Femmes (LDIF), Conseil National des Associations Familiales Laïques (C.N.A.F.A.L), Le Chevalier De La Barre, Observatoire de la Laïcité de Provence (O.L.P.A), Observatoire de la Laïcité du Val d’Oise – Forces Laïques, Observatoire International de la Laïcité, Association des libres penseurs de France (A.D.L.P.F), Comité 1905 de l’Ain, Comité 1905 Auvergne Rhône Alpes, Comité 1905 PACA, Agir pour la laïcité et les valeurs de la République.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Sur le même thème, lire aussi :

Sur le site de l'Obs Une croissance qui tousse, des réformes présentées comme nécessaires mais pas toujours populaires, le tout sous l’œil de Bruxelles : le gouvernement va détailler lundi
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :