Section Simiane-Mimet
Section Simiane-Mimet

Le délicat travail des maires contre la radicalisation dans la région

0 commentaire Le par

Sur le site de La Provence
On les nomme les « signaux faibles » de la radicalisation religieuse : une conversion soudaine, des propos complotistes, une attitude ouvertement discriminatoire envers les femmes, une déscolarisation des enfants, une attitude agressive et hostile aux valeurs de la république… Depuis les attentats de 2015, identifier en amont ces symptômes d’un potentiel basculement vers un projet terroriste est l’un des défis de l’État français. « Car nous savons, relève Olivier de Mazières, préfet de police des Bouches-du-Rhône (1), que le passage du signal faible au signal fort, voir à l’acte violent, est de plus en plus fréquent et rapide. » Identifier ces signes en amont, garder un oeil vigilant sur les citoyens radicalisés (ils sont 20 000 dans le Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste) reste une gageure : le phénomène concerne aussi bien les grandes villes populaires que les petits villages désindustrialisés, touche les milieux précaires comme la bourgeoisie, des hommes et des femmes de toutes confessions et professions, rappelle encore le préfet. Comment tout voir, partout ?

Politique | Le délicat travail des maires contre la radicalisation dans la région | La Provence

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Sur le même thème, lire aussi :

Sur le site de Go Met' Cathy Racon-Bouzon, députée LREM, recevait à Marseille, mercredi 24 avril, dans les locaux du réseau Canopé, des enseignants et des parents d’élèves pour échanger
Le par
Sur le site de Go Met' Après l’annonce des résultats nationaux de la Caisse des dépôts, la Banque des territoires a présenté jeudi 25 avril le bilan annuel de son
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :